L’harmonie : La voie vers l’unité

Posté par:

Une des notions essentielles de la pratique du Tai Ji Quan et du Qi Gong est de développer une harmonie du corps, du souffle et de l’esprit, « le San Bao » en chinois. Cette notion de base met en avant que l’énergie du corps peut circuler librement et harmonieusement quand l’homme développe une harmonie avec son corps, son souffle et son esprit. Elle nous donne un accès vers un état d’être « d’unité de soi ». Le corps, le souffle et l’esprit ne font qu’un. Cette notion reste une des bases de la philosophie taoïste « comment l’homme peut vivre en harmonie avec soi-même et avec la nature ».

L’harmonie selon le Larousse : 

– Rapport d’adaptation, de conformité, de convenance existant entre les éléments d’un ensemble cohérent ou entre des choses soumises à une même finalité : Une parfaite harmonie entre l’expression et la chose exprimée.

– État des relations entre des personnes ou dans un groupe humain, qui résulte de l’accord des pensées, des sentiments, des volontés :

Ce qui est intéressant à observer, c’est qu’en parlant de l’harmonie, nous parlons d’une combinaison d’au moins deux éléments différents. L’harmonie est donc le résultat d’une combinaison de plusieurs éléments qui à travers leurs différences, telles que leur forme, leur saveur, leur couleur, se combinent pour atteindre « l’unité ».

Lorsque plusieurs composants se mettent ensemble dans un mouvement vers la même intention (direction ou référence) avec un équilibre bien proportionné, il peut se produire un phénomène qu’on peut appeler l’harmonie. L’expression de l’harmonie se trouve sous différentes formes : l’harmonie entre le tronc et les branches d’un arbre, une combinaison des saveurs ou des couleurs d’un plat soigneusement préparé ou l’expression d’une danseuse ou d’un danseur accompagné par une musique bien synchronisée etc …

Prenons l’exemple d’un plat, pour que l’ensemble des saveurs puisse exprimer une harmonie, la présence de chaque ingrédient doit avoir une proportion juste et équilibrée (ni trop salé, sucré ou piquant). Chaque ingrédient ou chaque saveur s’intègre dans la qualité du plat préparé. Par exemple : la saveur sucrée apporte de la douceur et de la rondeur, tandis que la saveur salée apporte le côté ferme et rétrécissant et atténue le côté dispersé de la saveur sucrée, la saveur acide apporte plutôt la légèreté et rend le plat plus agréable, la saveur piquante va exprimer la fermeté et marquer la personnalité du plat, alors que la saveur amère comme les préparations grillées et légèrement brûlées apportent le côté chaleureux ou dynamique. C’est donc à travers l’ensemble de ces saveurs que se forme un plat harmonieux.

L’harmonie dans les mouvements et ses composants :

– La conscience du centre – l’équilibre

Pour qu’il y ait de l’équilibre dans un mouvement, la notion du centre reste indispensable, et c’est par elle qu’on développe la prise de conscience de son axe. Elle est nécessaire pour équilibrer les différentes parties du corps telles que le haut et le bas, le côté gauche et le côté droit, l’avant et l’arrière, l’intérieur et l’extérieur.

La conscience du centre est nécessaire pour la qualité d’ancrage, elle permet une connexion avec « Ici et maintenant », donne un support stable pour l’esprit, ce qui favorise le lâcher prise, une détente et une fluidité des mouvements. C’est un facteur-clé pour développer l’équilibre sur le plan physique et psychique.

Les pieds permettent au bassin de bien se positionner pour avoir la conscience de son axe. Le bassin quant à lui permet aux différentes parties du haut du corps (les mains, les bras, les coudes, les épaules) d’exprimer la détente et la fluidité. Les pieds restent à l’écoute de l’esprit, c’est-à-dire de celui qui ordonne, tandis que le bassin reste en connexion permanente avec le regard et le regard observe sous la présence de l’esprit.

– L’intention et la référence

Pour que plusieurs parties du corps puissent aller ensemble dans la même direction, il faut avoir une référence ou un ordre bien précis tels que le nom de l’enchaînement à exécuter, le rythme ou la direction à suivre. Elle est nécessaire pour que chaque partie du corps puisse s’exprimer dans la même direction.

Imaginer que chacune de ces parties exécutent les mouvements sans accorder de l’attention les uns envers les autres, chacune à son propre rythme, le pieds sans accorder de l’attention au bassin, le bassin restant déconnecté du regard, le résultat sera plutôt le contraire de l’harmonie, les mouvements exprimés donneront l’impression de séparation ou de compétition et la notion de l’unité ne pourra pas exister dans un cas pareil.

– Etre présent

Pour pouvoir ordonner ou orchestrer les différents parties du corps avec harmonie et équilibre, il faut que le « Je », ou « celui qui ordonne », soit présent. Etre présent, c’est être là pour écouter et percevoir son corps. C’est par la qualité d’écoute ou de ressenti qu’on va se connecter et ordonner, ce qui va développer une relation plus en profondeur et une meilleure connaissance de soi-même.

Ordonner les différents composants de son corps ne veut pas dire uniquement donner des ordres, mais c’est le fait de créer un lien entre les différentes parties ce qui va permettre d’apprendre à son corps à se détendre, à se relâcher, à bien se positionner et à bien bouger.

Cette relation intime avec son corps ouvre les possibilités d’accès vers l’harmonie du corps et de l’esprit.

Etre présent nécessite les qualités tels que la perception ou le ressenti qui peuvent être développées par la pratique de la « tranquillité de l’esprit » ou le « silence intérieur ». La pratique régulière apporte les possibilités d’accéder à la connexion avec notre « Je » véritable ou « celui qui ordonne ». Et c’est par la perception ou le ressenti qu’on peut vivre les expériences telles que l’harmonie, la sérénité, la quiétude, car on ne peut pas vivre ces expériences par la compréhension ou par les pensées. Il existe une grande différence entre comprendre et savoir intellectuellement ce qu’est une harmonie ou une sérénité et le fait de vivre ou être dans l’harmonie et dans la sérénité.

L’harmonie et notre bien-être

Le terme harmonie est souvent employé ou accompagné de termes comme : la sérénité, l’équilibre, le bien-être, la confiance, le bonheur. Ce sont des termes qui expriment des expériences ou des sentiments agréables et plaisants à vivre. Etre en harmonie avec nous-mêmes apporte plus de confiance en nous et dans la vie. Quand nous sommes en harmonie avec nous-mêmes nous créons un climat favorable à notre écosystème biologique intérieur, nous digérons mieux, et nous dormons mieux, nous nous sentons bien ainsi que l’ensemble des 50 mille milliards de cellules et des 100 mille milliards de bactéries qui habitent avec nous. Et ce climat positif joue un rôle important pour notre système immunitaire et donc pour notre santé et notre équilibre.

0

Ajouter un commentaire